27/09/2019 - Dons en nature : « Moi-même, est-ce que j’utiliserais encore cet objet ? »

Un don en nature : comment faire ? Suivons le parcours d'un objet chez Les Petits Riens

Donorinfo est régulièrement sollicitée par des donateurs afin de les orienter vers l’une ou l’autre adresse ou association vers laquelle faire des dons en nature. Le réutilisable et le « seconde main » ont le vent en poupe ! Vêtements, matériel médical, meubles, fonds de grenier et bien d’autres objets peuvent parfois entamer une seconde vie et faire plaisir à quelqu’un.

Malheureusement, plus de la moitié des objets mis au rebut ne vont pas plus loin que le parc à conteneurs car ils sont usés, démodés ou tout simplement ne trouvent aucun autre utilisateur. Souhaitez-vous faire don d’affaires dont vous n’avez plus l’usage à une association ? Donorinfo s’est rendu chez Les Petits Riens, une entreprise sociale qui finance de nombreux projets sociaux par la vente de vêtements, de meubles et d’objets d’occasion. Des centaines de personnes dans l'entreprise sociale elle-même ont l'occasion d'apprendre un métier. Nous avons discuté avec Alexandre Baguette, responsable de projets et du réseau. Quel parcours suit un objet donné ? Comment savoir si vos anciens vêtements ou mobilier peut être réutilisés ?

Quels sont les objets qui arrivent aux Petits Riens ?

Les Petits Riens reçoivent quotidiennement trois grandes catégories de dons en nature. Il y a tout d’abord les « textiles » qui englobent vêtements de tous types mais aussi accessoires, bijoux, chaussures. Vient ensuite le « mobilier » et, enfin, une catégorie « divers » qui regroupe objets de brocante (figurines, lampadaires, bibelots…), jouets pour tous les âges et électroménagers (radios, GPS, téléphones mais aussi laves vaisselle, laves linge). Tous les dons en nature transitent dans notre centre de tri à Anderlecht en Région bruxelloise et sont revalorisés en fonction du potentiel de réutilisation du vêtement, du meuble, du jouet, du poste radio ou de l’objet divers qui nous est donné.

Comment procédez-vous ?

Les Petits Riens récoltent les dons en nature via deux canaux : le textile est exclusivement récolté via les dépôts effectués par les particuliers dans environ 800 conteneurs à vêtements accessibles 24h sur 24, 7 jours sur 7 à Bruxelles et en Wallonie. Ce canal permet de collecter 20 à 25 tonnes de textile par jour. (Oui, par jour !) Une fois acheminés au centre de tri, le textile est trié, classé par catégories et ce qui est potentiellement réutilisable repart directement vers nos magasins situés à Liège, Bruxelles, Namur et Wavre. Le reste est éventuellement revalorisé en étant revendu à la tonne à des fabricants de chiffons. Un vêtement déposé dans un de nos conteneurs un lundi, et qui passe notre sélection drastique se retrouve exposé dans un de nos points de vente de 3 à 7 jours plus tard. Le rythme est soutenu.

Et le mobilier ?

Une équipe de bénévoles reçoit plusieurs dizaines d’appels par jour (02 541 13 80 du lundi au vendredi de 9 à 17h00). Ces personnes effectuent un premier tri à partir des descriptions et détails apportés par les donateurs. Bien des critères sont listés afin d’éviter de collecter des meubles inutilisables ou dont personne ne se portera acquéreur. Ensuite, nos équipes de déménagements interviennent et ce sont quotidiennement 20 à 30 particuliers qui sont visités. Sur place, il n’est pas rare qu’un tri supplémentaire soit organisé car les critères de sélection n’ont pas totalement été compris ou pas correctement interprétés. On fait aussi confiance à l’expérience de nos bénévoles qui savent distinguer parmi ce qui est disponible ce qui partira en magasin ou pas… À côté des prises de mobilier à domicile, il est aussi possible de déposer des dons directement au magasin de la rue Américaine 101 à Ixelles, du lundi au samedi entre 9h et 17h.

Quels sont ces critères ?

Dimensions, styles, état de fonctionnement, objets similaires existant déjà en nombre dans le stock des Petits Riens, attractivité à la vente, rareté… Les Petits Riens sont une asbl d’économie sociale. Les objets qui sont revendus doivent l’être dans un délai raisonnable pour laisser place à d’autres objets. Le profil du client des magasins des Petits Riens est très varié et dépasse largement la famille monoparentale qui éprouve des difficultés financières. Le phénomène du réutilisable et des vêtements de seconde main touche toutes les catégories de la population et les Petits Riens doivent donc tenir compte des demandes, des tendances, du goût d’une clientèle diversifiée. Les buffets de style Henri II, massifs et aux dimensions imposantes qu’on retrouve encore beaucoup chez nos parents ne sont plus au goût du jour. Pire, leur gabarit les exclut des appartements modernes où la surface est plus restreinte. Nous ne pouvons plus reprendre ce type de buffet qui finit dans 99% des cas en déchèterie car plus personne n’en veut. Les Petits Riens doivent tenir compte de ces critères pour pouvoir tout simplement vivre : l’asbl vit de ces ventes. Chaque collaborateur dispose d’une liste d’objets, de meubles, de bibelots qui est mise à jour en permanence et qui établit des critères de sélection très précis pour le mobilier.

Est-ce que la revalorisation passe éventuellement par une réparation ?

À l’exception de l’électroménager qui, grâce à l’atelier de formation par le travail « Horizon » lié à notre asbl, peut faire l’objet d’une réparation et d’un reconditionnement pour être remis sur le marché, le reste des objets ne subit aucun traitement d’aucune sorte. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous n’acceptons pas des objets défectueux ou défraichis. Un bouton qui manque à une chemise ne sera pas remplacé, la chemise ne sera donc pas revendue dans l’un de nos magasins. Nous n’avons pas les équipes nécessaires à ces réparations à l’exception de l’électroménager comme je le disais. Même s’ils sont déclarés en état de fonctionnement par le donateur, tous les appareils électroniques sont testés et indiqués comme avoir été testés par les Petits Riens.

Ce tri est impitoyable, quelle est la fraction d’objets présentés dans vos magasins ?

Sur l’ensemble du textile récolté sans tri préalable puisque les particuliers les déposent eux-mêmes, 85% du volume sera revalorisé. Environ 40% du volume de textile partira à l’exportation : c’est le cas du textile en bon état mais dont la qualité n’est plus valorisable chez nous en Belgique. Résultats, ces 40% sont envoyés dans les pays d’Afrique ou d’Asie. Ensuite 30% du volume seront carrément recyclés pour être transformés en un produit à base de textile (chiffons, torchons,…). Et puis 15% seront jetés. Seuls 15 à 20% du volume initial seront proposés à la revente dans nos points de vente

Au niveau du mobilier où la sélection se fait dès le départ, 50% du volume mobilier seront placés en magasin pour être revendus. 45% partiront au recyclage (dans les filières bois et métal) afin de produire des panneaux d’aggloméré ou d’isolants. Environ 5 à 10% finiront en décharge.

Le conseil que vous prodiguez aux donateurs d’objet ?

Je conseille de faire l’exercice d’empathie vis-à-vis du public potentiellement intéressé par les objets et vêtements mis en vente dans nos magasins. Si le donateur estime qu’il peut encore mettre tel vêtement car il est encore présentable, en bon état et encore au goût du jour, c’est un vêtement valorisable. Pour les meubles et les objets divers, le raisonnement tient également : Est-ce que je l’utiliserais moi-même ?

 

Vous désirez faire un don en nature ?

Sur donorinfo.be, vous trouverez des associations qui acceptent différents dons d’article divers. Notre moteur de recherche est pourvu, à gauche de la page, d’un champ « besoins en matériel ». Il vous suffit de sélectionner la catégorie désirée et les associations qui sont en recherche de cette catégorie d’objets seront automatiquement sélectionnées.

Certaines organisations donnent le matériel directement aux personnes qui en ont besoin, tandis que d'autres l'utilisent comme Les Petits Riens pour collecter des fonds dans un but social.

 

Donnez en confiance

Toutes les organisations répertoriées sur donorinfo.be pratiquent la transparence financière, nous pouvons vous le garantir. Chaque année, elles nous communiquent leurs comptes annuels détaillés, soumis à des contrôles indépendants. Ces comptes sont publiés sur donorinfo.be suivant un modèle adapté à la réalité du secteur associatif et aux besoins d'information des donateurs.
Vous pouvez les encourager dans cette bonne pratique en mentionnant "via donorinfo.be" en communication de votre virement. Une organisation que vous connaissez ne figure pas sur donorinfo.be?

Publié par Donorinfo - Dernière modification : 27/09/2019